La marque

Le mythe et le logo commercial des quatre chevaux entrelacés
Dans la Grèce Antique, le mythe représentait la « parole vraie », c'est-à-dire le récit d'actions divines ou héroïques. Le logo était « la parole raisonnée », ce qui synthétise le sens du mythe dans sa valeur et sa force. C'est ainsi que la marque des quatre chevaux entrelacés Antonio Carraro entend symboliser l'histoire, la force, la valeur et la beauté. Une synthèse moderne de l'évolution de la mécanisation agricole depuis les origines de la civilisation, du cheval au tracteur.
 
C'est en 1959 que le président Antonio Carraro (amateur d'art et d'histoire) a adopté cette marque de fabrique en s'inspirant d'un dessin persan du XVIIe siècle, exposé au Musée Fine Art de Boston.
 
Dans la Grèce Antique, cette représentation s'appelait symplegma et elle s'obtenait en assemblant deux ou plusieurs dessins identiques. L'effet optique obtenu par cet assemblage semble multiplier le nombre des figures singulières. Un symplegma symbolise la vie, la renaissance, l'évolution, la fertilité : en faisant tourner un dessin autour de son propre axe, l'observateur perçoit une image démultipliée. Dans le cas du logo Antonio Carraro, on voit d'emblée deux chevaux horizontaux, mais en observant plus attentivement, on en voit deux autres à la verticale. Un rappel volontaire aux concepts fondamentaux des tracteurs AC : la traction intégrale 4x4, la puissance, la multifonctionnalité (plusieurs machines en une seule) et la beauté. Plusieurs fois au cours des années, le logo de la marque a été retouché afin de le rafraîchir et de le moderniser pour qu'il soit toujours en harmonie avec l'amélioration constante du style et du design des produits. La dernière modification revisite le logo avec les caractéristiques du « manga », le style japonais reconnaissable par des traits tranchants qui taillent la figure presque comme si elle avait été sculptée à coups de sabre.Presque comme par magie, la même magie que l'on éprouve lorsque l'on conduit un Antonio Carraro.

1910 - '60

Giovanni Carraro : un pionnier
En 1910, le jeune forgeron d’à peine 20 ans, Giovanni Carraro, construit la première machine agricole multifonction. En très peu de temps, sa boutique de forgeron se transforme en parc industriel. Il commence par construire des semeuses, puis des tracteurs traditionnels. En 1960 Antonio, le plus jeune de ses six enfants, fonde l’entreprise “Antonio Carraro di Giovanni”: c’est l’arrivée sur le marché du premier motoculteur “Scarabeo”.

1960 - '90

La croissance
Antonio Carraro fait le choix de produire ses tracteurs à quatre roues motrices de 20 à 100 CH pour des marchés de niche. Il devient très vite leader de ce secteur et multiplie le nombre de ses modèles. Point fort de l’entreprise : le département R&D (recherche et développement). Dès 1979, c’est au sein de ce département que prennent naissance les nombreux projets innovateurs et originaux de la maison.

1990 - 2000

Une entreprise qui grandit
Fort de son expérience et des solutions techniques acquises au cours des années, Antonio Carraro s’adresse à d’autres niches de marché de l’agriculture spécialisée au secteur municipal et les collectivités. La nouvelle division « Groundcare », vient de voir le jour et propose un ensemble de machines professionnelles pour l’entretien des espaces verts, celui de la voirie et du nettoyage des zones urbaines.

2000 - AUJOURD'HUI

Le style Antonio Carraro
Après une période de restructuration interne sous la direction de Porsche Consulting, une nouvelle configuration de l’entreprise s’apprête à relever les nouveaux défis du marché global. Le mot d’ordre « Kai-zen », ou l’amélioration continue, s’étend à tous les secteurs. Chaque détail et chaque opportunité perçus par l’entreprise doivent se développer en faveur du client final.